Is secularism enough? Speech at the conference on secularism, freedom and equality Paris 2 December
2-December-2011
Azar Majedi

 

Last time I spoke in a conference on secularism in Paris, I talked about right and left secularism and the necessity to organise a left secularist movement. A movement which not only defends a radical form of secularism, which takes stand against religion’s interference in the state, the legislation and education, but also stands against what since September 11 2001 we have called two poles of terrorism, state terrorism led by the US and armed by NATO, and Islamic terrorism whose main leader is Islamic Republic of Iran but by no means is limited to this regime.

This speech created polarized reactions both among the public at the conference and later when it was published in French, English and Farsi. Today almost one year after the first wave of mass protests in the Middle East and North Africa, this point has become even more urgent. Why is it important to discern these two trends and side with one and condemn the other? This is an important question.

In the last year we have observed how these two tendencies have reacted to the events unfolding in the Middle East. The right under the disguise of the danger of Islamists and concern for women’s rights apologetically defended the actual status quo. I participated in an online conference entitled: Arab’s protests and women’s rights, some of the participants were expressing only worries about the downfall of Mubarak’s and Ben Ali’s regimes. And later on, the right also defended the NATO’s involvement on the ground fighting for the coming to power of the NTC in Libya. However, now that the islamic sharia is about to become the national law in Libya, they claim NTC has fooled NATO!

Religion and religious organisations are source of reactionary policies. This is true. But this is only half of the truth. Religion is an integrated part of the dominant reactionary and misogynist ideology. But the dominant ideology is there to defend a system that is based on discrimination, inequality, economic exploitation and lack of freedom. That is capitalism. If we needed to elaborate on this issue in the 90s we do not need to do so now, when capitalism has ruined our lives, when millions are out of jobs and incapable to house and feed themselves and their families; when the anti-capitalist movement has become global; when the capitalists are getting richer and richer at the expense of the workers and ordinary citizens. Do we really need to conceptualize on this issue and carry on long debates to prove this point? I don’t think so. We know that the source of inequality, discrimination and present misery of our societies is capitalism.

In essence the mass movements in the Middle East and North Africa for Freedom, equality and prosperity for all are anti-capitalist just as all the other movements against present situation, what is been called as the 99% movement. This is why when the state terrorism led by the US could not push people back home, It sent Ben Ali to exile and got rid of Mubarak to keep the state apparatus as intact as possible. This is why in Libya, since it did not have this power of manipulation it got involved militarily to make sure that after the fall of Gaddafi’s family the state would not fall in the hands of people. This is why state terrorism led by the US has taken a more positive approach towards Palestinian statehood and is pressuring Israel to back down.

The West has decided to compromise with Islamists in order to stop the development of the situation into a worker’s revolution or prevent the power falling into the hands of the people and the left and communist tendencies. This is exactly what happened in Iran in 1979 when Western governments in fear of the left gaining power brought Khomeini, an obscure clergy, into Paris and made him a leader and unleashed this monster against the people in Iran. If not exactly the same kind of Islamism, a so-called milder kind, the Turkish kind of Islamism is being strengthened in the region.

People in the region are being pushed towards the same trap, as Iran in 1979. We need to see this and help to stop it. For this reason we need not to only be a good secularist, but someone who is passionate about freedom, equality and justice. Someone who is politically clever enough not to think that one must side with one pole in order to get rid of the other pole. We must take a firm stand against both poles: state terrorism led by the US and Islamic terrorism. We must clearly fight for freedom, equality and prosperity for all. We must categorically defend women’s equality and emancipation.

In this regard, we, the people who are being suffocated by the like of Islamic regime in Iran, we the Worker- communists who are struggling to liberate the humanity from inequality, discrimination, poverty and economic exploitation, we the defenders of women’s equality and emancipation need to deal with two political trends; 1- those who are so obsessed with Islam and its reactionary rule, that they are ready to side with the devil, here, state terrorism led by the US in order to get rid of Islam; these I call the right secularists; and 2- those who are supposedly on the left spectrum of politics and are mainly concerned with imperialism; Their main goal is to fight against what they call imperialism; They are willing to shut their eyes at any inequality, violence, suppression, misogyny as long as their main enemy, i.e. imperialism is in the picture. There are so many examples of these groups condemning people’s fight against a brutal regime, because they thought the US or the west has supported the people’s movement. One recent example was siding with the Islamic regime in 2009, and recently siding with Gaddafi’s regime against NATO.

These two poles even though in two extreme opposites, play in each other’s hands and against the just struggle of the people, the workers, the deprived, the disfranchised, or in today’s language the 99%.

We need to stand against both poles. Our only compass in political standpoint must be people’s freedom, equality and prosperity. The total freedom and real equality of all citizens. let’s build such a movement to promote freedom, equality and prosperity for all in these dire times.

Est Laicite assez?
intervention dans la conference sur laicite, liberte et egalite
2 December, Pais

Azar Majedi

La dernière fois que je me suis exprimée sur la question de la laïcité lors d’une conférence à Paris, j’ai différencié laïcité de droite et de gauche, et j’ai parlé de la necessité d’organiser un mouvement de laïcité de gauche. Un mouvement qui non seulement défend une forme radicale de laïcité, s’opposant ainsi à l’ingérence de la religion au sein de l’Etat, de la législation et de l’éducation, mais qui s’oppose également à ce que nous pouvons appeler depuis le 11 septembre 2001 les deux pôles du terrorisme : le terrorisme d’Etat dirigé par les Etats-Unis et armé par l’OTAN et le terrorisme islamiste dont le principal leader est la Republique Islamique d’Iran, mais qui n’est pas limité à ce régime.

Ce discours a entraîné des réactions opposées, parmi le public de la conférence, et aussi par la suite lors de sa publication en français, en anglais et en persan. Aujourd’hui, près d’un an après la première vague de manifestations au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, cette question est devenue d’autant plus cruciale. Pourquoi est-il essentiel de distinguer ces 2 courants, et de prendre parti pour l’un contre l’autre ? C’est une question importante.

L’année dernière nous avons pu voir comment ces 2 courants ont réagi aux évènements qui se déroulaient au Moyen-Orient. La droite, sous prétexte de danger islamiste et de préoccupation pour soit-disan les droits des femmes, a timidement défendu le statu quo. J’ai participé à une conférence en ligne intitulée “Manifestations arabes et droits des femmes”, certains participants exprimaient seulement de l’inquiétude à l’idée de la chute des régimes de Mubarak et Ben Ali. Plus tard, la droite a aussi défendu l’engagement de l’OTAN sur le terrain pour l’arrivée au pouvoir du CTN en Libye. Pourtant, maintenant que la sharia islamique est sur le point de devenir loi nationale en Libye, ils prétendent que le CTN a trompé l’OTAN !

La religion et les organisations religieuses sont sources de politiques réactionnaires. C’est la vérité. Mais ce n’est qu’une partie de la vérité. La religion fait partie intégrante de l’idéologie réactionnaire et misogyne dominante. Cette idéologie dominante existe pour défendre un système basé sur la discrimination, l’inégalité, l’exploitation économique et le manque de liberté. C’est le capitalisme. S’il nous fallait développer cette question dans les années 90, ce n’est plus le cas aujourd’hui, alors que le capitalisme a détruit nos vies, que des millions de personnes sont au chômage, incapables de loger et nourrir leur famille; alors que le mouvement anticapitaliste est devenu mondial, que les capitalistes deviennent de plus en plus riches au détriment des travailleurs et des citoyens ordinaires. Est-il vraiment nécessaire de conceptualiser cette question et d’entreprendre de longs débats pour prouver cette thèse ? Je ne le crois pas. Nous savons que le capitalisme est la source de l’inégalité, de la discrimination et de la misère actuelle de nos sociétés.

En substance, les mouvements de masse au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour la liberté, l’égalité et la prospérité sont tous anticapitalistes, comme tous les autres mouvements qui luttent contre la situation actuelle, ce que l’on appelle aujourd’hui le mouvement des 99%. C’est pourquoi le terrorisme d’Etat mené par les Etats-Unis n’a pu renvoyer les gens chez eux, qu’il a envoyé Ben Ali en exil et s’est débarrassé de Mubarak pour garder l’appareil d’Etat aussi intact que possible. C’est pourquoi en Libye, puisqu’il ne possédait pas le même pouvoir de manipulation, il s’est engagé militairement pour s’assurer qu’après la chute de Kadhafi, l’Etat ne tombe pas entre les mains du peuple. C’est pourquoi le terrorisme d’Etat mené par les Etats-Unis a pris une approche plus positive vis-à-vis d’un Etat palestinien et fait pression pour faire reculer Israël.


L’occident fait des compromis avec les islamistes pour empêcher que la situation ne se transforme en révolution des travailleurs et pour éviter que le pouvoir tombe dans les mains du peuple et des courants de gauche et communistes. C’est exactement ce qui s’est passé en Iran en 1979 quand les gouvernements occidentaux, dans leur peur de voir la gauche prendre le pouvoir, ont fait venir Khomeini, un obscur religieux, à Paris pour en faire un dirigeant et lâcher ce monstre sur le peuple iranien. Si ce n’est la même forme d’islamisme, une forme soi-disant plus modérée, à savoir un islamisme à la turque, est renforcé dans la région.

Les peuples de la région sont poussés vers le même piège, tout comme l’Iran de 1979. Nous devons en être conscient et empêcher cette issue. Pour cette raison, nous devons être de bons laïques, et nous passionner pour la liberté, l’égalité et la justice. Nous devons avoir l’intelligence politique de ne pas penser qu’il faut prendre parti pour un pole pour combattre l’autre. Nous devons prendre position contre ces deux poles: le terrorisme d’Etat dirigé par les Etats-Unis et le terrorisme islamique. Nous devons être clairs dans notre lutte pour la liberté, l’égalité et la prospérité pour tous, et catégoriques dans notre défense de l’égalité et de l’émancipation des femmes.

Dans cette optique, nous -peuples étouffés par le régime iranien et ses pairs, nous -les communistes ouvriers qui luttons pour libérer l’humanité de l’inégalité, des discriminations, de la pauvreté et de l’exploitation économique, nous qui défendons l’égalité des femmes et leur émancipation, nous devons faire face à deux courants politiques: 1-ceux qui sont tellement obsédés par l’Islam et sa domination autoritaire, qu’ils sont prêts à s’allier avec le diable, à savoir, le terrorisme d’Etat mené par les Etats-Unis, afin de se débarrasser de l’Islam; ceux que j’appelle les laïques de droite; et 2- ceux qui sont soi-disant à gauche de l’éventail politique et principalement préoccupés par l’impérialisme; leur but principal étant de combattre ce qu’ils appellent impérialisme, ils sont prêt à fermer les yeux sur l’inégalité, la violence, repression, la misogynie tant que leur ennemi principal, l’impérialisme, existe encore. Il y a tellement d’exemples de ces groupes qui condamnent la lutte des peuples contre des régimes autoritaires, parce qu’ils pensent que ces mouvements sont soutenus par les Etats-Unis ou l’occident. Comme par exemple ceux qui ont pris parti pour le régime islamique en 2009, ou pour le régime de Kadhafi contre l’OTAN.

Ces deux pôles, même s’ils sont à l’opposé l’un de l’autre, s’entraident mutuellement, et vont à l’encontre de la juste lutte des peuples, des travailleurs, des démunis, des sans droits, de ceux que l’on appelle aujourd’hui les 99%.

Nous devons prendre position contre ces deux poles. Nos seuls guides doivent être la liberté, l’égalité et la prospérité des peuples. La liberté complète et l’égalité réelle de tous les citoyens. Construisons donc un mouvement qui défendra la liberté, l’égalité et la prospérité des peuples en ces temps difficiles.